< Atelier d‘écriture créative
27.03.2017 19:29 Alter: 27 days

CONCOURS de littérature dans l’espace


© https://www.flickr.com/photos/nasa2explore/27057214603

Après avoir lu le Petit Prince, l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry, en classe, quelques élèves de la 7d ont participé à ce concours, présidé par Thomas Pesquet qui est membre de l’Association Aéronautique et Astronautique de France (3AF) et de l’Institut Américain d’Aéronautique et d’Astronautique (AIAA). Ingénieur de vol pour les Expéditions 50 et 51, Thomas a décollé le 17 novembre 2016 à destination de la station spatiale internationale dans le cadre de Proxima, sa mission de six mois. Son retour sur Terre est prévu en mai 2017.

Sur https://proxima.cnes.fr/fr/biographie-de-thomas-pesquet vous pouvez regarder et écouter une interview avec Thomas P. faite avant son premier départ dans l’espace en 2014.

Pour pouvoir participer à ce concours il fallait imaginer une 8e planète que le Petit Prince visitait et écrire la rencontre de son habitant avec le Petit Prince. 7 000 textes ont été postés. Lors de sa deuxième mission dans l’espace, Thomas lira de la station spatiale internationale les deux textes choisis par un jury.

Rendez-vous le 6 avril 2017 pour découvrir les lauréats !

Eva Rosino-Dür

 

Le 8e chapitre

La prochaine planète était habitée par un érudit ayant des diplômes innombrables : Cet érudit se plongea dans un grand livre, dont il essaya d’apprendre par cœur le contenu. Lorsqu’il remarqua le petit prince il leva sa tête brièvement et dit:

– Silence ! Je suis en train d’apprendre.

– Mais je n’ai rien dit ! protesta le petit prince

– Silence ! Il est nécessaire que j’apprenne ce livre d’ici sept mois ! et l’érudit continua à   apprendre.

– Pourquoi apprends-tu ?

– Pour gagner un diplôme ! Il faut apprendre pour gagner un diplôme et sans diplôme on n’est rien.

– Que signifie « n’est rien » ? demanda le petit prince

– Ne t’ai-je pas dit que tu devais te taire ?

– Que signifie « n’est rien » ? répéta le petit prince. Il n’avait pas de diplômes cependant il n’avait jamais senti qu’il « n’était rien ».

– Ça veut dire qu’on n’a pas la moindre idée de ce que c’est que faire quelque chose (autre possibilité : ça veut dire qu’on ne sait absolument pas faire quelque chose). Si on reçoit un diplôme, on devient quelqu’un parce qu’on peut prouver qu’on sait faire quelque chose.

– Un diplôme, qu’est-ce que c’est ? voulut savoir le petit prince.

– C’est un document disant qu’on est capable de faire quelque chose, qu’on sait quelque chose.

– Moi, je sais soigner ma rose et ma planète et malgré cela je ne suis rien ? s’étonna le petit prince.

– Si tu n’as pas de diplôme je ne te reconnaîtrai pas ! Personne ne te reconnaîtra ! Et maintenant, silence total !

Le petit prince était un peu abattu parce qu’il n’était « rien » et il quitta la planète de l’érudit.

Theo Weidmann, 7d

 

Le 8e chapitre

La planète suivante était différente des autres planètes que le petit prince avait déjà visitées. En fait, elle était habitée par plusieurs personnes, toutes chantantes, jouantes et se divertissantes, sauf un petit homme. Il était assis sur une grande chaise derrière un bureau qui était encore plus grand.

Quand le petit prince arriva, le petit homme ne leva pas sa tête, car il semblait très concentré sur un album énorme.

 Qu’est-ce que vous faites ? demanda le petit prince.

 Je donne un ordre à tous ces souvenirs-là, répondit l’homme.

 Quels souvenirs ? voulait savoir le petit prince.

– Des photos. Des photos de ma vie entière, chaque journée doit être documentée là-dedans, enfin, du moins celles qui avaient un sens, celles qui étaient aventureuses, ajouta-t-il.

 Mais pourquoi fais-tu ça ? le petit prince n’avait toujours pas compris.

 Parce que je veux mémoriser tous les bons moments, répondit l’homme.

 Même si tu manques de faire de nouvelles expériences ? le petit prince était stupéfait.

L’homme ne répondit pas, par conséquent le petit prince posa sa question encore une fois :

 Tu gaspilles tes jours en collant des photos dans un album pour ramasser tous les jours passés mais en même temps tu manques de faire des activités pour cueillir de nouveaux souvenirs ?

 C’est vraiment bizarre, pensa le petit prince et il ne reçut pas de réponse.

Sophia Summer, 7d

 

Le 8e chapitre

La planète suivante était habitée par un penseur profond. Comme le géographe, il était entouré de livres. Il ne réagit pas quand le petit prince entra dans sa maison, qui encombrait la surface de la planète. 

 Que fais-tu ? lui demanda le petit prince. 

 Je suis absorbé dans mes pensées, dit le penseur. 

 Pourquoi penses-tu ? 

 Je cherche le sens de la vie. 

 Le sens de la vie ? 

  Oui, et je veux comprendre le monde. 

 Je veux aussi savoir tout ça. 

À ce moment le petit prince réalisa que c’était l’objectif de son voyage : comprendre le monde, ses habitants et la vie. 

 – Quel avantage a le fait de savoir le sens de la vie et de comprendre le monde ? lui demanda le petit prince. 

 Ça fait partie de la question. 

 Pourquoi as-tu commencé à faire ça ? 

 J’étais confronté à l’absurdité dans ma vie. Ça m’a paru être le dernier recours.  

Ce penseur ne parut pas ridicule du tout au petit prince. Il était le seul qui ait eu le courage de se poser les questions les plus difficiles. 

 J’ai commencé mon voyage à cause des questions, dit le petit prince. 

 Chacun commence un voyage à cause de la même chose. 

Pour le petit prince la vocation d’être penseur était noble et elle était cachée dans lui-même comme elle était cachée dans chacun…et elle était le seul motif de son voyage.

Linus Wäger, 7d

 

Le 8e chapitre  Tout est fragile

Pendant son voyage dans l’univers le petit prince découvrit une planète toute différente des autres. Cette planète était habitée par une personne très critique. A son arrivée sur cette planète, le petit prince s’assit sur une fleur de cristal et regarda la nature. Il était surpris qu’il n’y ait pas de volcans qu’il n’y ait personne qui travaillait. Dans la lumière solaire tout resplendissait. Les fleurs étaient faites de cristal et la terre de glace. Quand on regardait la terre translucide on pouvait voir des fissures.

 Ici on peut se blesser facilement, dit le petit prince.

Même s’il ne pensait pas trouver un ami sur cette planète bizarre il dit plus fort cette fois-ci :

 Salut ! Est-ce qu’il y a quelqu’un ici ?

Les fleurs de cristal cliquetèrent. Ensuite une voix très légère répondit :

 Bonjour voyageur. Qui es-tu ?

 Moi, je suis le petit prince. Est-ce que tu peux m’expliquer pourquoi ta planète a l’air si dangereuse ?

 Mais non, ma planète n’est pas dangereuse. C’est une planète fragile. À cause du cristal et de la glace tout peut craquer. Il faut que tu essayes de ne pas trop bouger. Comme moi, répondit l’argumentatrice.

Le petit prince réfléchit un moment et demanda ensuite :

 Qu’est-ce que tu fais quand tu ne bouges pas ?

 Je suis critique. Je me demande ce qui va se passer et pourquoi. En plus, j’ai très peur. Le futur n’est pas certain et ça me rend nerveux.

 Mais pourquoi as-tu peur du futur ?

La personne critique hésita et puis ajouta :

 Tout peut arriver. De bonnes choses mais aussi de mauvaises choses. J’aimerais que tout reste tel quel.

Le petit prince apprit que cette personne était très négative et il se promit d’être optimiste.

 J’espère que tu réussiras á devenir optimiste et heureux un jour. Arrête d’être critique, dit le petit prince à l’argumentatrice.

La planète brillait et tout en sachant que la planète était très jolie le petit prince continua son voyage en pensant que le futur n’était pas certain comme ce n’était pas certain qu’il aille trouver un ami.

Kassandra Moosbrugger, 7d